Retour

5 questions à Jérémie, l’un des fondateurs de ClassPro.

Pionnière puis aujourd’hui leader dans l’accompagnement des aspirants médecins, ClassPro a su évoluer avec son temps. Créée en 2015 par 3 ingénieurs civils, ClassPro est aujourd’hui devenue une référence en matière de préparation au concours d’entrée de médecine en Belgique.
Rencontre en 5 questions avec Jérémie, l’un des fondateurs. Nous allons découvrir sa passion pour l’éducation, sa vision de l’apprentissage et son énergie de jeune entrepreneur prêt à tout pour emmener ses étudiants vers la réussite
.

Tu es l’un des trois fondateurs, d’où vous est venue l’idée de créer ClassPro ?

C’est très simple, durant toutes nos études, nous avons donné beaucoup de cours particuliers, par passion, parce que nous aimions transmettre le savoir mais aussi pour se faire un peu d’argent de poche.

Après quelques années, à un diner rassemblant les anciens étudiants de Polytech, nous nous sommes rendu compte que notre passion pour l’éducation était toujours aussi forte. Nous nous sommes vite mis d’accord sur le concept et avons lancé ClassPro. C’était à la base une entreprise proposant du soutien universitaire.  En 2017, avec l’arrivée de l’examen d’entrée de médecine, nous avons développé des sessions de préparation à ce concours.

Qu’est-ce que l’esprit ClassPro ?

Nous avons une approche complétement différente de l’approche classique. En effet, nous avons réalisé qu’il est nécessaire aux étudiants de comprendre la matière plus en profondeur que dans l’enseignement classique. L’esprit ClassPro, c’est cette volonté d’approfondir les matières tout en maitrisant l’aspect appliqué de ces notions et ce, afin de challenger nos étudiants pour qu’ils atteignent le plus haut niveau possible de maîtrise d’un savoir.

Comment se passe une journée type de cours avec ClassPro?

Nos étudiants sont amenés à devenir de véritables acteurs de leur formation et non de simples spectateurs. Pour ce faire, nous privilégions de longues sessions de plusieurs heures combinant à la fois des explications théoriques, des exercices de niveaux différents et de l’interaction entre l’enseignant et les apprenants. Ainsi, ces derniers seront amenés à se concentrer de manière intensive et durant longtemps, comme ça sera le cas durant l’examen d’entrée.

Vous parlez d’interaction continue entre élèves et professeurs, qu’attendez-vous de vos étudiants durant les séances de cours ?

La première chose qu’on attend de nos étudiants durant une séance de cours, c’est qu’ils développent leur éprit critique. Il est important qu’ils identifient facilement s’ils ont compris la matière ou pas et jusqu’à quelle profondeur. C’est un aspect fondamental que nous essayons de transmettre durant chacun de nos cours. Deuxièmement, c’est de toujours vouloir se dépasser !  Que ce soit en physique, en chimie ou autre, le savoir est tellement vaste que même une vie entière ne suffit pas à l’absorber. Le troisième et dernier grand fondement, c’est qu’ils parviennent à se challenger, réussir un examen ou un concours ou encore surmonter une difficulté scolaire.

Pour terminer, quels conseils donneriez-vous aux jeunes qui souhaitent passer l’examen d’entrée en médecine et dentisterie en Belgique?

Si je peux leur donner un conseil, c’est de ne surtout pas prendre ce type d’examen à la légère. Il faut vraiment s’y préparer sérieusement. Il y a beaucoup de matières diverses et variées. Ils seront à la fois testés sur les grandes bases des sciences mais aussi sur leurs capacité d’analyse, de raisonnement, de communication, …

Les étudiants qui apprennent le plus vite à comprendre les difficultés du challenge qu’ils ont en face d’eux sont ceux qui réussiront le mieux et ce, peu importe leur niveau initial.